• coaching neuchatel

  • coach professionnel en suisse romande
  • soins énergétiques
  • soin énergétique
  • coaching de vie
  • coaching neuchatel
  • « Savoir ce que l’on ne veut pas, c’est le meilleur moyen de rêver sa vie, savoir ce que l’on veut, c’est la voie royale pour vivre ses rêves. » Coaching by Laura Calabrese
  • «Du questionnement et de l’accompagnement pour vous aider à trouver les réponses en vous » Coaching by Laura Calabrese
  • « Une prise de distance face aux pressions, aux changements et…à vos propres convictions » Coaching by Laura Calabrese

Peur du parler devant les autres

Ecrit par admin sur . Publié dans Coaching de Vie, Formation

Peur de parler devant les autres ?

Je viens d’animer une formation de prise de parole en public. J’y ai fait face à une de nos grandes peurs: celle de parler devant les autres.

J’y ai pris conscience d’une chose.

Quand vous êtes face à une peur ou une difficulté de parler devant les autres, c’est vraiment important que vous puissiez la délimiter. Nommez-la et identifiez-la de façon très factuelle et dans une situation très précise vécue.

coach neuchatel

Quand vous avez délimité cette peur ou cette difficulté, alors essayez d’engranger et de comprendre quelle technique derrière vous pouvez vraiment très précisément modifier.

Peur de parler devant les autres: que faire de la peur du jugement?

Quand j’ai demandé aux participants de délimiter ce qu’ils souhaitaient tout particulièrement travailler, deux personnes ont exprimé que ce qui était difficile pour elles c’était de faire face à la peur de parler en public. Notamment réussir à ne pas faire trembler leur voix ou montrer leur timidité. Ce qu’elles ont essayé de déterminer derrière c’était de comprendre ce qui leur faisait peur…c’était peut-être en l’occurrence ici le jugement des autres. Elles ont compris que d’être en connexion avec les autres leur permettaient d’aller au-delà de ce jugement.

Donc être en connexion, ça signifie quoi ? C’est être dans le regard des autres, oser avec son regard chercher celui des autres. Et alors à ce moment-là, lire aussi leur non-verbal et comprendre leurs besoins. Elles ont testé de faire cet exercice et le résultat concret a été que finalement elles ont réussi à obtenir plus d’aisance et de charisme dans cette prise de parole devant les autres.

Peur de parler devant les autres: que faire de nos mains?

Un autre souhait de travail était celui de savoir quoi faire de ses mains. Concentrez-vous, pour votre prochaine intervention, à travailler ce point-là. Une fois qu’en pleine conscience on se lance dans l’exercice de dire « je demande à mes mains d’accompagner ce que je dis et de ne pas rester dans leurs poches ou dans les bras », eh bien tout d’un coup, ça se débloque. Elles commencent à se libérer et à accompagner cette parole. Si vous sentez toutefois que vous avez besoin de sécurité, trouvez une posture d’appui: mains jointes ou s’appuyant sur le bureau, une main qui tient une fiche de résumé ou qui tient un pointeur.

Peur de parler devant les autres: ne faites pas d’amalgame

Souvent, cette notion de prise en public, nous la noyons et l’assimilons à une trop grande sauce qui nous fait nous dire:  « ah je manque de confiance en moi, ah je ne suis pas un bon orateur, ah je n’ai pas de charisme ».

Le charisme et l’art oratoire sont des compétences qui se travaillent.

Quand vous baignez dans cette sauce, vous tournez en rond.

Alors, quand sortirez-vous de votre peur ? 😉

 

 

Atteindre la perfection

Ecrit par admin sur . Publié dans Coaching, Coaching de Vie, Formation

Atteindre la perfection…

La course d’une vie…de toute la vie!

Partout, dans tous les domaines, il y a cette barre que nous voulons atteindre. L’employé à qui on ne reprocherait rien. Le responsable qui gère bien son équipe et atteint ses objectifs. La personne sur qui les autres peuvent compter. Ou encore le revenu parfait. La maison parfaite. Mère/père, fils/fille, amant/e, ami(e) parfaits…

Nous voulons être apprécié, reconnu.  Nous voulons briller par nos compétences.

Mais cette course, n’est-ce pas, ne s’arrêtera jamais! Cela, nous le savons.

Cependant, nous continuons à nous essouffler, à nous torturer, toujours et encore…

Et que se passe-t-il quand nous sommes face à nos erreurs, à notre incapacité d’y arriver et surtout d’y rester? Oh horreur et peur! Nous nous tapons sur les doigts et recommençons de plus belle cette poursuite sans fin.

atteindre la perfection coaching

Mais de quoi avons-nous davantage peur?

La réponse que vous me donnez tous et toutes quand je vous accompagne dans ces questionnements, c’est: le regard des autres.

Vraiment?

Si nous creusions un peu..?

Quand nous entendons cette personne pointer du doigt une erreur commise…Où est-ce que ça fait mal? A l’intérieur de nous-même: une boule quelque part entre la gorge et le ventre…c’est selon.

Quand nous devons renoncer à rendre un travail aussi complet que nous l’aurions souhaité…Où est-ce que ça vient travailler? A l’intérieur de nous-même: une espèce de nœud ou de charge au niveau de la tête, mêlés de culpabilité…c’est selon.

Et qui vient nous dessiner et décide de maintenir cette barre à atteindre? C’est souvent une marque issue de nos schémas parentaux/familiaux et de nos expériences de vie. Mais qui nous force à la maintenir et à nous flageller avec? C’est nous-même.

L’enfer, c’est les autres? Et si la plus grande souffrance ne provenait pas du regard des autres?

Quelle est la question?

Ecrit par admin sur . Publié dans Coaching, Coaching de Vie, Formation

coach à Neuchâtel

Quelle est la question?

Combien de fois ne vous êtes-vous pas surpris en train de poser la mauvaise question?

Une belle question bien à côté de la plaque. Complètement à  côté de notre réelle intention voire pire de nos réels besoins. Et puis, tout de suite après, immanquablement le même résultat: bug de communication qui aboutit, selon les circonstances à de la perte de temps, voire des incompréhensions, des explications et des non-dits.

Mais c’est pourtant pas compliqué de poser la bonne question, non?

Pour ma part, je dois avouer que je me surprends plusieurs fois par jour dans ce joli travers. Allez, je vous en livre quelques-unes:

  • Quand êtes-vous disponible?
    Mais non! Ce n’est pas ce que je voulais demander! Je voulais donner mes propres disponibilités et rester maître de mon agenda!
  • Quand rentres-tu à la maison ce soir?
    Mais non! Ce que je voulais réellement c’est que ma fille rentre à une heure bien précise car je ne désirais pas souper trop tard!
  • Et vous? Quelle était votre dernière question à côté de la plaque?

Mais qu’est-ce qui fait que nous ne ciblons pas juste du premier coup? D’où nous vient cette fichue difficulté à exprimer et d’abord à identifier nos réels besoins? Serait-ce la peur de blesser l’autre en allant droit au but?

  • Quand êtes-vous disponible? Non! Je vais dire: mes disponibilités sont les suivantes, qu’est-ce que ça donne de votre côté?
  • Quand rentres-tu à la maison ce soir? Non! Je vais dire: je souhaiterais ne souper tard et apprécierais que tu rentres pour 18h30.

Suis-je plus agressive avec cette nouvelle formulation de question? Je ne crois pas… Je crois que nous nous retrouvons toujours dans ce cœur de notre propre développement et apprentissage personnel: être à l’écoute de ses besoins et, ensuite, de les communiquer. Pas facile…un apprentissage de tous les jours 🙂

Rien

Ecrit par admin sur . Publié dans Coaching, Coaching de Vie, Formation

coaching Neuchâtel

Rien…C’est ce que j’avais souhaité réussir à agender depuis que je me suis rendue compte que je vivais la plus grande des farces:  je coache et conseille des personnes en surchauffe, je les conseille dans leur gestion des priorités et moi…moi?!

Ce matin, « Rien » était agendé! Une matinée entière de… Rien!

Mais, vous imaginez?!

  • quelle culpabilité, par rapport à mon entourage qui lui est plein de trop plein!?
  • quelle soulagement à l’idée ce matin-là de ne pas laisser le réveil décider de MON réveil
  • puis…quel étrange sentiment…un peu peur…cette peur du VIDE…L’être humain et l’univers n’aiment pas le vide. Donc comment pourrais-je en être capable??

Alors je me suis installée, avec mon café, sur ce fauteuil qui a la vue sur le monde (chez moi, cela donne sur des arbres, un bout de vue sur le lac, un peu sur les voitures). Mon chien a tenu à venir s’installer auprès de moi.

Et…J’ai laissé venir…

Mon chien m’a transmis son calme, ce calme s’est peu à peu transmis à mes pensées…elles s’affolaient un peu moins, commençaient à penser que j’étais là, et que c’était bien, d’être là…juste là.

Et puis, tout d’un coup, elle était là. …..La Joie.

Je ne l’avais plus conscientisée depuis longtemps et elle était là, de retour, comme une évidence sur le regard que je re-portais sur toutes les choses… Et là, je savais que j’avais rempli mon rien. Il m’a suffit de 40 minutes pour cela… Le reste de ma matinée de rien, je pouvais désormais la remplir, c’était en ordre.

Et vous? Qu’auriez-vous fait pour ne rien faire?

Je vous souhaite plein de ces moments suspendus, faits de petits rien!

Choisir et…Concrétiser

Ecrit par admin sur . Publié dans Coaching, Coaching de Vie, Formation

choisir; coaching neuchatelChoisir et…Concrétiser ! Combien de fois par jour nous trouvons-nous devant le dilemme de choisir ? Et cela va des petites choses (quelle tenue pour le travail, quel menu au restaurant, etc.) à la plus importante pour vos choix de vie (quelle nouvelle carrière, quelle maison, etc.). Et souvent, nous nous nous sentons perdus, dans l’expectative d’un signe qui pourrait nous donner le début d’un indice pour nous montrer quel chemin serait le meilleur pour nous…

C’était la rentrée…

Ecrit par admin sur . Publié dans Coaching, Coaching de Vie, Formation

C’était hier que nous étions encore bercés par cet environnement serein, paisible, coupé de tout, sur une plage, à la montagne, sans horaire ni pression… Mais voilà, c’est fini et c’est – parfois – le dur retour à la réalité.

Pour certains, l’effet sérénité réussit à durer un peu, pour d’autres, une simple demi-journée de retour « à la mine » leur fait dire que les vacances ne leur semblent déjà qu’un lointain souvenir…

Comment garder le plus longtemps possible ce paisible détachement dans l’effervescence créée par la cohabitation de notre travail, de notre foyer et de nos hobbys – si tant est que nous parvenions à en avoir. Comment jongler avec joie plutôt qu’avec effroi parmi tous ces délais, ces urgences, ces tâches qu’il faudrait pouvoir toutes achever en même temps et pour hier ?

Certains d’entre nous ont bien testé quelques solutions…mais elles n’ont tenu que le temps d’un soupir. D’autres s’accrochent au yoga, à la méditation, au sport et tentent de s’aérer régulièrement l’esprit pendant ces moments bénis. Mais dès qu’ils sont à nouveau plongés dans le quotidien, tout recommence à mouliner, à tourner, avec l’impression que l’on ne peut rien retenir.

Combien d’entre nous parviennent, au-delà de ces moments d’aération cités plus haut, à déclarer que, la plupart du temps, dans leur journée, ils parviennent à garder l’esprit concentré dans l’ici et maintenant ? Honnêtement ?

Au contraire, nous sommes multitude à partager cette même effroyable conclusion, quand nous discutons autour d’un verre : « la semaine a fusé », « depuis le début de l’année, je n’ai rien vu passer », « mais il me semblait que c’était hier que … ».

Qu’est-ce qui fait qu’une journée nous semble plus longue ? Que nous avons davantage conscience de ce que nous y avons accompli ? Que nous nous couchons le soir, avec l’esprit repu et satisfait de l’avoir bien vécue ?

Dans la formation que je donne « Faire baisser la pression du quotidien…au quotidien… », ce sont précisément ces questions qui sont traitées. Nous y interrogeons les raisons de l’inefficacité des solutions jusqu’ici testées et explorons ce qui rendra plus efficaces celles que vous adopterez.

Mais le maître secret, je peux d’ores et déjà vous le donner : Hic et Nunc.

A bientôt pour un peu de recul 🙂